Si tu as soif de justice, tu auras toujours soif 
plein  écran  recommandé vous êtes sur une page du site : les oiseaux de mes volières à Noirmoutier.
.POur accéder à la page d'd'accueil du site, cliquez sur la vignette en bas de page.
Les concours   -   but    -   Mon avis    
But! : C'est  le moyen pour un éleveur de mesurer l'écart entre son oiseau et l'oiseau idéal défini par le standard de l'espèce.
L'éleveur présente ses meilleurs oiseaux qui sont identifiés par leur bague. Chaque oiseau est présenté dans la catégorie de son espèce.Un juge spécialisé fait son évaluation en fonction d'un barème, note le résultat sur une feuille de jugement qui permet un classement de l'oiseau.
Les oiseaux sontprésentés dans des  petites cages individuelles au volume exigu, pendant 3 à 5 jours pour  les examiner

 
Il existe des concours locaux, régionaux , nationaux et un concours mondial annuel.

 Base de départ : 100     points                  -      Oiseau champion exceptionnel : 93   points              
                                                                                    Oiseau champion excellent :  92 -  91   points       
                                                                           
 Bon oiseau déclaré champion :  90     points
                                              bon oiseau : 89     points  
                                                                     Oiseau sélectionnable :  88- 87     points
Le propriétaire d'un oiseau champion est récompensé par un trophée

Les gagnants du concours sont ceux dont l'oiseau obtient la meilleure note dans sa catégorie.
Préparation au concours :
Ne souhaitant pas présenter une page trop fournie, je vais à l'essentiel .
les amateurs intéressés trouveront facilement des détails dans les clubs auprès d'éleveurs  confirmés dans les concours).

Bien sûr, il faut faire un tri : l'oiseau présenté doit être sain, calme, avoir les plumes lisses et la mue terminée, avoir tous ses ongles et le bec net,  il doit être propre et le plus près possible du standard de son espèce.
Il faut l'habituer avant le concours à bien se maintenir sur le perchoir pour avoir un bon maintien, être tranquille sans être prostré, etc...Les cageots de transport doivent être propres, contenir un lit de graines mais pas d'eau de boisson pour ne pas souiller le plumage.
C'est un petit résumé très succint de ce que doit supporter l'oiseau avant et pendant un concours.
Mon avis sur les concours :
Les concours sont utiles pour ne pas dire nécessaires pour évaluer les oiseaux et essayer de maintenir l'espèce au plus près de son standard.
L'importation de la plupart des espèces étant maintenant interdite, il sera de plus en plus difficilede conserver des oiseaux au phénotype standard (risque de consanguinité accrue, dégénérescence, mutations hasardeuses, etc...)


Hélas, et tant pis  si je m'attire quelques réflexions  (dont celles du Président de l'AOPR),   je pense qu'il y a des dérives.
 Je me pose parfois la question de savoir si certains amateurs (pas tous heureusement) ne préfèrent pas les trophées à leurs oiseaux. Je ne suis pas persuadé que parmi les amateurs de breloques ça fait bien dans le salon et ça peut aider à écouler ses oiseaux, on trouve uniquement des  véritables passionnés de nos compagnons ailés.

  Personnellement je ne partipe plus aux concours. Quand je vois ce que doit subir l'animal avant et pendant ces manifestations (bonjour le stress),  je m'abstiens.  Je ne parle pas des concours pour certains oiseaux élevés dans un but précis (les canaris de posture et de chant  par exemple).

Mais quand je vois un oiseau superbe en taille, aux couleurs nettes et brillantes, se faire pénaliser parce qu'il n'est pas sage sur le perchoir quand le juge l'évalue avec sa badine, ou parce qu'il présente une plume qui a été ébouriffée pendant le transport, je ne suis pas d'accord ,car cela n'a rien à voir avec le standard de l'oiseau.


3-  Il y a plusieurs fédérations d'éleveurs amateurs d'oiseaux  en France, et à l'heure actuelle la plupart des juges reconnus appartiennent à une seule fédération (on n'évalue pas les becs crochus comme on évalue les canaris : je ferme la parenthèse, les spécialistes comprendront).

4- Le barème d'évaluation des oiseaux  peut être interprêté d'une manière subjective selon la sensibilité des juges (c'est presque normal). Par exemple et ce n'est pas une critique : souvent les juges Français privilégient la taille de l'oiseau tandis que les juges Belges privilégient la couleur. Certains amateurs avertis choisissent les oiseaux à présenter en fonction des juges)
5- Selon la fédération qui organise , un oiseau, champion dans un concours, ne sera parfois  , même pas qualifié dans un autre : ça ne veut plus rien dire !
Pour terminer,  on voit dans les concours, des oiseaux de mélanges de mutarions qui n'ont plus rien à voir (aspect et taille), avec l'espèce initiale (chez les becs crochus surtout).
En conclusion :
Les concours sont nécessaires mais il serait souhaitable de revenir aux fondamentaux et au bon sens.
 Faire l'évaluation d'un oiseau uniquement en fonction du standard de son espèce sans avoir besoin d'en faire un animal de cirque avant de le présenter. Je pense qu'une harmonisation des critères de jugement est nécessaire.   Les juges agréés devraient être représentatifs des  fédérations  d'oiseaux existantes.